PROJECTION – « Good’Aventure » – Documentaire

Dans le cadre du Chapiteau Volant,
du 20 mai au 4 juin organisé par la Cie Ocus et
l
es communes de St Sulpice, Mouazé et Chevaigné

MERCREDI 31 MAI

21h

Sous chapiteau – place de la mairie

Good’Aventure
Projection documentaire
– 52 min

Good’Aventure est un documentaire qui raconte le périple en vélo savoureusement pimenté de Marion et Julien Leblay. Un voyage de 22.000 kilomètres porté par le désir de découverte, de rencontres, mais aussi de promotion du don du sang à travers le monde.

Conférences gesticulées

Présentation de 5 conférences gesticulées
par les stagiaires de la scop Le Contrepied
les 8-9-10 septembre 2016

Une conférence gesticulée est une forme scénique mélangeant du savoir sur un sujet, les histoires de vie du (de la) conférencier(ère) gesticulant(e) par rapport à ce sujet, de l’humour de l’auto-dérision et un atterrissage politique (ce que l’on peut faire pour agir sur le sujet). Les conférenciers sortent de 7 mois de formation avec la scop Le Contrepied et La scop l’Engrenage, ils les présentent ici pour la première fois !

ATTENTION :
La conférence initialement prévu à 18h a été remplacée
et il n’y a plus de conférence le Samedi

vendredi 9 septembre

18h / Jusqu’où les ruraux se soumettront-ils aux urbanistes ? Une autre histoire du bocage.
Kévin Certenais

DANS LA SALLE POLYVALENTE

ruraux

Depuis des siècles, les paysan-ne-s ébranchent les trognes pendant que les multinationales, la finance les abattent. Les paysan-ne-s tressent, tissent, entrelacent les arbres pour se protéger des assaillants, de l’oligarchie, du système médiatique. Les paysan-ne-s nous ont laissé des traces de leurs luttes dans le paysage.
L’Arbre comme zone de contact et de confrontation entre les dominés et les oppresseurs. Cette conférence est une balade à la découverte des femmes et des hommes qui façonnent notre paysage.
« Un peuple qui ne connaît pas son Histoire, son passé, sa culture ressemble à un arbre sans racine » Marcus Garvey

21h / Militantisme mon Amour ! Du collage au décollage.
Corinne Lepage

AU GUIBRA

militantisme« C’est de l’intérieur qu’on peut changer les choses ». Soit, puisqu’il fallait s’y frotter, elle allait s’y coller. Alors, elle a adhéré : au travail, au parti, au syndicat. Elle s’est tout coltinée pour lutter de l’intérieur, a même fini par racoler et s’est retrouvée engluée. Rien n’a changé. Ses mots n’étaient pas les leurs et c’est son corps qui le lui a dit.
C’est en se décollant, qu’elle a enfin pu militer. Militantisme mon amour raconte une quête douloureuse de l’action militante aux prises avec les stratégies du pouvoir.