CONF’ GESTICULÉE • Oh pardon, je m’excuse !

SORTIE DE CONF’ – par les stagiaires gesticulants de la Scop Le Contrepied

JEUDI 13 SEPTEMBRE – 20H30
Au Guibra

Oh pardon je m’excuse !
[De et par Naïs]

Je m’appelle Nais et je vais vous raconter une histoire. Une histoire singulière qui nous appartiendra désormais à tous.tes. C’est mon histoire, la vôtre, la leur, celle de notre époque. Du fond de la classe aux cellules de la brigade des mineurs, de la 8.6 au sub, de la rue à l’HP, de la mort à la vie, j’explore avec vous les places réservées aux oublié.es d’un système mortifère.

Entrée LIBRE – réservation conseillée
Possibilité de restauration entre les conférences
Renseignements supplémentaires auprès du Guibra
 

CONF’ GESTICULÉE • Miroir d’une jeunesse populaire

SORTIE DE CONF’ – par les stagiaires gesticulants de la Scop Le Contrepied

VENDREDI 14 SEPTEMBRE – 18H
Salle Polyvalente

Miroir d’une jeunesse populaire – Le reflet des structures face aux jeunes des quartiers pop.
[De et par Toumani]

Du rap aux revendications, en passant par la case prison, j’évoque ma jeunesse tumultueuse comme miroir d’une jeunesse parmi tant d’autres, prises par la rue et le manque d’alternatives.  Ma jeunesse pop est une réalité partagée et vécues par tous. Le quartier est une prison à ciel ouvert, on se sent en sécurité à l’intérieur du bloc, sous pression à l’extérieur quand tu as à faire aux coups de tonfa (matraque) des keufs (police), en réalité il n’y a pas de différence entre la tess (quartier) et le heubs (prison) c’est la même hess (galère).

Je m’évade à travers le shit, l’alcool et les jeux et je me demande pourquoi est-ce propre à mon milieu pop ? Ma jeunesse qui rêve d’intégration, de la France qui se rêve mais ne se touche pas. Qu’elle se touche si elle ne se lit pas, pas décidé à me laisser faire, qu’ils aillent se faire voir, ils ne veulent pas de moi dans les structures, seul je vais me faire avec mon groupe de pairs,  » la force dans le collectif « . Ils disent  » ils ne viennent pas  » mais lorsque l’on va à un endroit c’est parce qu’il y a quelque chose qui nous intéresse, si la structure ne se rend pas intéressante, bienveillante ou accueillante, on n’a pas envie de venir. Durée : 1h

Entrée LIBRE – réservation conseillée
Possibilité de restauration entre les conférences
Renseignements supplémentaires auprès du Guibra
 

CONF’ GESTICULÉE • Les autruches se crashent pour mourir – Une autre histoire du climat

SORTIE DE CONF’ – par les stagiaires gesticulants de la Scop Le Contrepied

VENDREDI 14 SEPTEMBRE – 20H30
Salle Polyvalente

Les autruches se crashent pour mourir – Une autre histoire du climat.
[De et par Arnaud]

Les autruches c’est eux, c’est vous, c’est nous…c’est moi. Le réchauffement climatique est bel et bien là, ici et maintenant comme 2 et 2 font 4.
Il est la conséquence du choix politique d’une croissance économique infinie dévoreuse d’énergies fossiles. Pourquoi les autruches n’ont pas bougé malgré les multiples alertes ? Comment résister aux tentacules de la bête économique tout en ayant une vie sociale ?
Comme beaucoup je me demande comment faire bouger les autruches, comme beaucoup je ne suis pas seul à faire partie de la nature qui se défend.
Comme dirait Gilles Deleuze « Résister c’est créer ». Nous sommes déjà en train de créer tout un tas d’alternatives, et agissons ici et maintenant dans l’ère du post capitalisme. Durée : 1h45

Entrée LIBRE – réservation conseillée
Possibilité de restauration entre les conférences
Renseignements supplémentaires auprès du Guibra

CONF’ GESTICULÉE • Boucle d’or au pays de la discrimination

SORTIE DE CONF’ – par les stagiaires gesticulants de la Scop Le Contrepied

SAMEDI 15 SEPTEMBRE – 18H
Salle Polyvalente

Boucle d’or au pays de la discrimination
[De et par Carole]

Au début je n’ai rien vu. Sans doute parce que j’ai été élevée par
des blancs qui ne m’ont jamais fait part de mon infériorité.

Plus tard j’ai grandi avec le principe des Lumières de la liberté et de
l’égalité ; cette égalité dont on nous a tant rabâché les oreilles à l’école. En travaillant j’ai découvert la vraie ségrégation celle invisible qui existe en France, celle qui fait que ce qui primera se sera toujours la couleur de votre peau et que pour trouver votre salut il vous faudra accepter la place où le blanc veuille bien vous mettre.
Et puis surtout il y a eu ce jour où ma fille est rentrée de l’école en me demandant « quand on est noire, peut-on devenir institutrice ?». Je me suis alors réveillée de ma torpeur en me disant qu’il fallait vraiment que je vous parle !

Entrée LIBRE – réservation conseillée
Possibilité de restauration entre les conférences
Renseignements supplémentaires auprès du Guibra